Un bébé chez le médecin en plein pic d'épidémie de bronchiolite.
Le virus de la bronchiolite est particulièrement virulent pour les nouveaux-nés, dont un tiers sont atteints chaque hiver. ©Freepik

L’épidémie de bronchiolite bat son plein en France. Cette maladie respiratoire, due le plus souvent à un virus appelé Virus Respiratoire Syncytial (VRS), touche chaque année près de 30 % des nourrissons de moins de 2 ans. Le professeur Yves Gillet, chef des urgences pédiatriques à l’HFME (Hôpital Femme Mère Enfant), a profité de son passage sur le plateau de l’émission Votre Santé sur BFM TV Lyon, mardi 19 décembre, pour faire le point sur la situation dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Et selon lui, le pire serait sans doute derrière nous, puisque la progression de l’épidémie semble se stabiliser à l’aube des fêtes de fin d’année.

La France fait actuellement face à une triple épidémie, entre grippe, Covid-19 et bronchiolite. Une situation qui inquiète, compte-tenu de la tension hospitalière, et qui pose la question d’un possible retour du masque, entre autres gestes barrières.

L’épidémie de bronchiolite s’est installée comme chaque année à cette époque, frappant comme à l’accoutumée un tiers des nourrissons de moins de deux ans. Elle s’est propagée dans un contexte particulier, celui de la mise en circulation du premier vaccin contre la bronchiolite, développé par Sanofi.

Où en est exactement l’épidémie ? Quels sont les symptômes qui alertent ? Comment protéger son enfant de la bronchiolite ? Les réponses du Pr Yves Gillet, chef des urgences pédiatriques à l’HFME invité de l’émission Votre Santé du mardi 19 décembre.

Bronchiolite : “passer le pic de l’épidémie avant les fêtes est une bonne chose”

A-t-on atteint le pic de l’épidémie de bronchiolite ?

On espère avoir dépassé le pic. On observe une stabilisation. C’est une bonne chose car lorsque l’on atteint le pic avant la fin d’année car les vacances de Noël cassent l’épidémie. On espère ainsi avoir un mois de janvier tranquille en ce qui concerne la bronchiolite. L’épidémie est beaucoup moins intense que l’exceptionnelle année dernière.

Quels sont les signes qui doivent alerter les parents ?

C’est la difficulté car les signes sont extrêmement banaux : le nez qui coule, de la toux, une voix rauque et parfois des difficultés à prendre le biberon. Les signes qui posent davantage souci et qui doivent nécessiter une consultation médicale sont les difficultés respiratoires et les difficultés d’alimentation (lorsque l’enfant laisse plus de la moitié du biberon habituel sur trois repas de suite).

Bronchiolite : les bons réflexes pour contrer l’épidémie

Comment limiter le risque de contamination à la maison ?

Cela ne serait pas très raisonnable de demander aux parents de porter le masque. Pendant longtemps on pensait que la bronchiolite était une fatalité, que l’on ne pouvait pas s’en protéger. Le confinement nous a montré que ce n’était pas si vrai. Les fameux gestes barrières, identiques à ceux du Covid, sont très adaptés à la bronchiolite. On ne peut pas demander aux parents de le faire, mais on peut le demander à tout l’entourage. Je dis parfois : un bébé on l’admire de loin, on ne l’embrasse pas et ne le passons pas de bras en bras. Il faut éviter les endroits où il y a beaucoup de monde, surtout dans les 2-3 premiers mois.

Les jeunes enfants sont-ils aussi concernés à la grippe ?

Oui, l’enfant est le réservoir de la grippe. C’est à dire que lors d’une épidémie de grippe, c’est l’enfant qui est le plus concerné en termes de nombre. Il y a quelques années nous avions observé que 50% des enfants qui franchissaient la porte des urgences au pic épidémique sont porteurs du virus. En revanche, hormis les tout-petits, les symptômes chez l’enfant sont légers. C’est extrêmement rare d’avoir des formes graves de grippe chez l’enfant.

Il y a d’autres maladies respiratoires qui circulent en ce moment et qui encombrent les services de l’HFME ? On parle de pneumopathie, de mycoplasma pneumoniae …

La mycoplasma pneumoniae est une bactérie qui donne des pneumonies depuis très longtemps. Effectivement il y a une épidémie cette année comme il y en a tous les 4-5 ans. Il n’y a pas d’alerte en termes de gravité. Ce n’est pas un réel problème.

Retrouvez le replay de l’émission Votre Santé du 19 décembre 2023 sur ma-sante.tv

À SAVOIR

Les adultes porteurs du virus n’ont généralement aucun signe ou ont un simple rhume. Ainsi, beaucoup de personnes transportent le virus et sont contagieuses sans le savoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici