Le dépistage du cancer colorectal est très important.
Le dépistage reste la meilleure arme contre le cancer colorectal. Photo Canva

Parmi les cancers les plus meurtriers, le cancer colorectal peut être traité plus efficacement lorsqu’il est dépisté à temps. Or, le taux de dépistage, après avoir longtemps progressé, est en net recul en Auvergne-Rhône-Alpes entre 2022 et 2023. Alors que Mars bleu, le mois dédié à la sensibilisation du cancer colorectal, commence, un regard sur les chiffres montrent qu’ils restent trop éloignés des objectifs nationaux et européens..

Le cancer colorectal, avec 47 500 nouveaux cas chaque année en France, est le second cancer le plus meurtrier chez l’homme et le troisième chez la femme. Nombre de ces décès peuvent être évité grâce au dépistage précoce, qui augmente largement les chances de guérison. Un dépistage pourtant simple, qui voit son taux de participation diminuer d’année en année. 

taux de participation au dépistage cancer colorectal
L’objectif national et européen est d’atteindre un taux de participation de 45% pour le dépistage du cancer colorectal. ©INSEE

Malgré une augmentation progressive des dépistages du cancer colorectal depuis 2019, les taux de participation montrent un recul pour la période 2022/2023 avec 34,3 % contre 36,2% en 2021/2022. 

Des résultats jugés trop bas par Dépistage des Cancers en Auvergne-Rhône-Alpes :« l’objectif reste pourtant toujours d’atteindre les 45% (objectif national et européen). Plus que jamais, nous restons mobilisés pour augmenter cette participation. »

En effet, même si certains départements de la région affichaient des taux de participation allant de 41% (Haute-Savoie) jusqu’à 43% (Savoie) en 2022, ces deux départements ont perdu 8 points de pourcentage en un an.

Dans la région, seuls le Cantal, la Loire, la Haute-Loire, et le Rhône n’ont pas vu leurs taux de participation au dépistage du cancer colorectal diminuer. Pour autant, les résultats affichés en 2023 restent insuffisants, ne dépassant pas les 34%.

Le dépistage du cancer colorectal est d’une importance capitale, car cette maladie évolue généralement sans symptômes apparents, au début de son développement. Pourtant, lorsque ce cancer est détecté à un stade précoce, les chances de guérison sont bien plus élevées, avec un taux de réussite de traitement de 9 cas sur 10. 

« Le dépistage sauve des vies et reste la meilleure arme contre le cancer », insiste dans un communiqué le centre de coordination Dépistage des Cancers en Auvergne-Rhône-Alpes. 

Ainsi, il est recommandé à toute personne, homme ou femme, âgés de 50 à 74 ans, de réaliser un test de dépistage régulier tous les 2 ans. Ce dépistage, pris en charge à 100 % par la sécurité sociale, consiste en un test simple réalisable chez soi, basé sur la recherche de sang dans les selles. Ce test est disponible auprès des médecins (généralistes, gynécologues, gastro-entérologues).

À SAVOIR 

Pour mener à bien ses missions de prévention et de sensibilisation du cancer colorectal, le centre de coordination des dépistages des Cancers en Auvergne-Rhône-Alpes lance pour la troisième année son défi connecté « Bougeons pour notre côlon », ouvert à tous. Le principe ? Pendant 3 semaines, des équipes devront remporter le plus de points en réalisant le plus de pas possibles, et en répondant à des défis et questionnaires. Les inscriptions sous ouvertes tout le mois de mars.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici