covid coronavirus auvergne rhone alpes lyon
Après la levée du port du masque et du pass sanitaire, l'épidémie de Covid-19 connait un regain conséquent en Auvergne-Rhône-Alpes/ ©Freepik

Si elle ne fait plus la une de l’actualité ces dernières semaines, l’épidémie de Covid-19 est toujours présente. Les derniers chiffres témoignent même d’une forte recrudescence des taux d’incidence dans l’ensemble de la région Auvergne-Rhône-Alpes comme dans le reste de la France. Déjà enclenchée, la sixième vague n’en est désormais plus à ses prémices et la rapidité de son évolution inquiète alors que les restrictions sanitaires sont quasiment levées. Le point sur la situation sanitaire dans la Métropole de Lyon et la région auverhonalpine.

Le répit n’aura duré que quelques semaines. La carte des taux d’incidence de la Covid-19 sur le territoire recommence à se ternir depuis le mois de mars, concomitante à la levée du port du masque et du pass sanitaire. Des chiffres qui augmentent dans tous les départements de la région Auvergne-Rhône-Alpes, comme dans le reste de la France.

Le sous-variant Omicron BA.2 majoritaire

Carte de Covid Tracker du taux d’incidence de Covid-19 dans les départements de France – au 28 mars 2022

La regain épidémique s’explique, à l’image des précédentes vagues, par l’arrivée d’un nouveau variant. Le sous-variant BA.2 Omicron est en effet majoritaire dans le pays. Il représente aujourd’hui 99% des prélèvements. Le virologue lyonnais Bruno Lina confirme que ce variant est plus contagieux de 30% que le variant Omicron d’origine. Le nombre de personnes touchées augmente donc de manière fulgurante.

Le taux d’incidence, en Auvergne-Rhône-Alpes, est de 994,4 cas/ 100 000 habitants. Soit un rebond épidémique de 47% en seulement dix jours, et des chiffres qui, il y a peu, aurait été considérés comme affolants. Mais si cette augmentation est inquiétante, elle reste néanmoins moins importante que dans les territoires voisins. Au niveau national, la région auverhonalpine est en effet la moins touchée par la sixième vague pour le moment. Un décalage sans doute lié à la vigilance dans certains départements.

Le taux d’incidence double en 10 jours dans le Rhône

Dans le Rhône et sa métropole lyonnaise, le préfet Pascal Mailhos a lancé un appel à la prudence. Dans un communiqué publié vendredi 25 mars, il rappelle que “le port du masque, bien qu’il ne soit pas obligatoire, est recommandé dans tous les espaces intérieurs et extérieurs à forte densité dans lesquels la distanciation physique n’est pas possible“. Il redit également “l’importance du respect des gestes barrières (se laver les mains régulièrement, éviter les contacts physiques…), y compris pour les personnes vaccinées pour limiter la circulation du virus, de plus en plus actif dans le département“.

L’épidémie est en effet particulièrement en hausse dans le Rhône, dont le taux d’incidence atteint le 25 mars plus de 921 cas/100 000 habitants. Soit le double des chiffres du 15 mars dernier (468,3/100 000). Avec 2463 cas positifs quotidiens enregistrés entre le 19 et le 25 mars, selon Covid Tracker, les chiffres s’affolent.

Sixième vague : les zones rurales plus touchées

Dans les départements voisins, la situation sanitaire se dégrade. Les chiffres ont pris une ampleur inquiétante sur tout le territoire. Comme pour la précédente, cette sixième vague semble, paradoxalement, toucher d’autant plus les zones rurales. Les taux d’incidence les plus hauts sont relevés dans les départements montagnards tels que le Cantal (1647/100 000) et l’Allier (1539/100 000). Mais aussi dans le Puy-de-Dôme (1344/100 000) ou encore l’Ardèche (1032/100 000).

Les chiffres sont également en forte hausse dans les autres départements auverhonalpins. Ils étaient pourtant tous sous la barre des 500/100 000 au début du mois. Au 25 mars dernier, les cas atteignent 1030/ 100 000 habitants en Isère. Et se rapprochent de ce seuil dans l’Ain (986/100 000) et en Haute-Savoie (919/100 000). Le taux d’incidence monte à 847/100 000 en Haute-Loire et 827/100 000 en Savoie.

Même constat au niveau des hôpitaux où la pression augmente mais reste toutefois gérable pour le moment. Au 28 mars, 407 personnes sont hospitalisées pour Covid-19 dans les services hospitaliers du Rhône, dont 42 en réanimation selon les données de Covid Tracker. Aux Hospices Civils de Lyon, dans la Métropole, 160 patients Covid sont actuellement pris en charge. Soit 42 personnes de plus que la semaine précédente. Un contexte amené à évoluer dans les prochains jours. Reste à savoir si cet énième variant est moins dangereux que son prédécesseur et si la vaccination sera un efficace moyen de lutte.

À SAVOIR
Les centres de vaccination Covid des HCL ferment progressivement leurs portes dans le Rhône. Après le vaccinodrome du palais des Sports de Gerland en février, ceux de Confluence et de la Croix-Rousse disparaissent également fin mars.
La vaccination reste possible dans les pharmacies et cabinets de médecine de ville.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici