Un chirurgien-dentiste observe les dents de sagesse de son patient.
Une foule d'idées reçues circulent sur les dents de sagesse, à commencer par leur réelle utilité. ©Shutterstock

Utiles à nos ancêtres, ces molaires du fond de la bouche sont surtout réputées aujourd’hui pour les soucis dont elles sont la cause. Un mauvais procès ? Ma Santé démêle le vrai du faux avec le concours du Dr Béatrice Aldeguer, chirurgien-dentiste à Voreppe (Isère).

Vrai ou faux : les dents de sagesse n’ont pas d’utilité

VRAI. Chez nos lointains ancêtres, habitués à des aliments beaucoup plus durs, ces quatre molaires ‘’de remplacement’’ se substituaient aux dents qui s’usaient et tombaient. Notre alimentation ayant changé, elles ont perdu leur utilité première et notre mâchoire, dès lors, s’est rétrécie au fil des millénaires.

Tout le monde a des dents de sagesse

FAUX. Il semblerait que l’évolution humaine tende à faire disparaître ces troisièmes molaires. Leur nombre varie entre quatre et une, et certains n’en auront pas du tout. On dit, lorsqu’elles restent bloquées sans pouvoir sortir, que les dents demeurent incluses.

Ce sont les dernières à sortir

VRAI. Elles sont les dernières à apparaître dans la dentition d’un adulte, généralement entre 17 et 25 ans. C’est à cette irruption tardive, à un âge jugé mature, que les dents de sagesse doivent leur nom.

Les dents de sagesse, ça peut faire mal !

VRAI. Lorsque celles-ci se décident à sortir, leur poussée, par manque de place, peut être mal orientée ou s’effectuer à l’intérieur de la gencive. De quoi entraîner de multiples complications : inflammations, infections, désalignement dentaire, dégradation des dents avoisinantes, caries du fait d’un manque d’accès pour le brossage

Elles nuisent forcément à notre sourire

FAUX. Les dents de sagesse, en s’invitant sur le tard, peuvent venir bousculer les dents présentes. Mais ce n’est pas toujours le cas, et elles pousseront naturellement si elles en ont la place.

Il faut toujours les faire enlever

FAUX. Systématique il y a quelques années à des fins préventives, l’extraction des dents de sagesse ne l’est plus aujourd’hui, hors cas de gêne ou de pathologie bucco-dentaire. D’abord parce qu’elles peuvent remplacer une molaire perdue, ensuite parce qu’elles sont parfois utilisées en support pour la pose d’une prothèse ou d’un bridge.

Il y a des signes qui alertent

VRAI. En cas de douleur (souvent irradiante), de saignement des gencives, de pulsations au niveau des oreilles, d’infections répétées de la bouche, d’abcès ou de kyste, voire d’angines chroniques, n’hésitez pas à consulter votre chirurgien-dentiste ! Autres signaux probables : une raideur de la mâchoire et une mauvaise haleine.

Retrouvez ici l’interview du Dr Frédérique David, chirurgien-dentiste à Lyon (Rhône), sur les dents de sagesse.

À SAVOIR

La dentition d’un adulte compte 32 dents : 8 incisives pour couper, 4 canines pour déchirer, 8 prémolaires et 8 molaires pour broyer, et 4 dents de sagesse.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici