don de sang donner sang EFS reserves _ Ra Sante
En Auvergne-Rhône-Alpes, 1450 dons sont nécessaires chaque jour pour répondre aux besoins des malades. ©Pexels

Les réserves sont basses, l’EFS a besoin de vos dons ! Au-delà des appels au secours, des dons réguliers de sang, toute l’année, permettraient d’éviter la multiplication de ces cris d’alarme. Une action solidaire que la crise de la Covid-19 a mis en péril. Immersion au coeur des besoins de sang des malades avec le Dr Jacques Courchelle, médecin responsable EFS de la région Auvergne-Rhône-Alpes. 

Télétravail, école à la maison, moins de sorties à l’extérieur… La Covid-19 a fortement impacté nos habitudes et notamment celle du don du sang. Si les malades sont toujours aussi nombreux, les dons ont fortement diminué et avec eux les réserves de l’Etablissement français du sang (EFS). Comment l’expliquer ? Quels sont les besoins actuels ? L’éclairage du Dr Jacques Courchelle, médecin responsable du service de prélèvement EFS de la région Auvergne-Rhône-Alpes.

Un besoin de 1450 dons quotidiens en Auvergne-Rhône-Alpes

Actuellement, quels sont les besoins ?

Les principaux besoins concernent les globules rouges. Ils ne se conservent que 42 jours, l’approvisionnement doit donc être régulier. Pour répondre aux besoins des patients de la région, il faudrait 1450 dons de globules jours chaque jour. On rencontre également des difficultés d’ordre qualitatif. Il existe en effet une diversité génétique grandissante dans la population. On constate de plus en plus de besoins en sang des groupes spécifiques A-, B- et O- de personnes originaires de pays d’Afrique subsaharienne, d’Asie et du Moyen Orient. À l’inverse, ces groupes sanguins font défaut dans les réserves. On invite donc les personnes ayant – de près ou de loin – ces origines géographiques, à donner leur sang afin de répondre au mieux aux besoins des patients avec les groupes sanguins correspondants aux demandes.

Quels sont les besoins spécifiques dans la région Auvergne-Rhône-Alpes ?

La situation est particulière en Auvergne-Rhône-Alpes car depuis de nombreuses années, les dons sont supérieurs à la demande régionale. En revanche, ce n’est pas le cas dans les autres régions, notamment en Île-de-France ou PACA, où les besoins ne sont pas comblés. La demande actuelle dans les hôpitaux de la région baisse, mais elle augmente dans les autres régions. Les dons collectés en Auvergne-Rhône-Alpes permettent donc de sauver des malades d’autres régions. C’est un geste solidaire au niveau national.

Don de sang et Covid-19 : “une baisse des dons difficile à combler” 

don de sang
©Pexels

Quelles ont été les conséquences de la crise de la Covid-19 sur les réserves de sang ? 

Durant le premier confinement de l’année 2020, les donneurs n’avaient plus accès aux centres de dons de sang. Il y a donc eu une baisse très rapide des réserves de sang et nous en avons alerté le gouvernement. Lorsqu’ils ont été de nouveau autorisés en confinement, nous avons au contraire eu une hausse significative des dons car les donneurs étaient beaucoup plus disponibles. Cela nous a permis de renflouer les réserves. En revanche, depuis le déconfinement et la reprise des activités, il y a de nouveau une baisse des dons difficile à combler.

Comment expliquer cette baisse de dons depuis la crise ?

Le potentiel de collecte a fortement diminué à différents niveau. La fermeture des établissements scolaires dans lesquels d’importantes opérations de collecte étaient réalisées a ainsi fortement impacté le potentiel de collecte. Le télétravail a également réduit le nombre d’employés présents dans les entreprises pour réaliser des dons dans les collectes ponctuelles. Enfin, les camions de collectes ne peuvent plus être utilisés en raison de la distanciation sociale qui ne peut être respectée. Le potentiel de collectes est donc fortement réduit.

L’EFS avait déjà alarmé sur les réserves dangereusement basses depuis la crise de la Covid-19. La demande a-t-elle augmenté ? 

Ce n’est pas pire qu’avant et on constate que la population réagit assez bien aux appels au secours de l’EFS. Mais le don du sang doit être une démarche habituelle et régulière. Il est important de ne pas attendre que la situation devienne critique. Nous remercions tous les donneurs et les invitons à être d’autant plus nombreux et à faire des dons tout au long de l’année.

À SAVOIR

Pour faire un don de sang, vous devrez être âgé de plus de 18 ans et de moins de 71 ans et peser plus de 50 kg. Par précaution, les femmes enceintes ou ayant accouché dans les 6 mois précédents, ne sont pas éligibles. Après la vaccination contre la Covid-19, aucun délai d’attente n’est nécessaire pour donner son sang.

Testez votre éligibilité au don de sang et prenez rendez-vous sur le site de l’EFS.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici