Une jeune femme ne pouvant résister face à son envie de sucre.
Le sucre est un puissant addictif, auquel il faut pourtant savoir résister sous peine de fortes répercussions sur notre santé. ©Depositphotos / Piotr Marcinski

Omniprésent dans notre alimentation, le sucre est essentiel au bon fonctionnement de notre organisme. Mais il est aussi addictif et responsable de nombreux maux, des caries au diabète en passant par l’obésité. Peut-on se passer du sucre ? Tous les sucres sont-ils mauvais ? Quelles astuces pour limiter sa consommation ? Éclairage, avec le concours de Jade Fontaine, diététicienne-nutritionniste à Lyon (Rhône).

Le sucre est indispensable, mais pas sous toutes ses formes. Nous ne pouvons pas nous passer des sucres lents, qui sont le carburant de notre organisme en nous apportant de l’énergie sur le long terme. On les trouve notamment sous forme d’amidon dans le pain, les pâtes, les pommes de terre et les céréales.

D’autres sources de sucre simple et donc un peu plus « rapide » existent dans les produits alimentaires, comme par exemple le lactose pour les produits laitiers ou encore le fructose pour les fruits. Ceux-ci s’avèrent nécessaire compte tenu des aliments qui en contiennent et de leur consommation dans une alimentation équilibrée.

Les sucres rapides, eux, sont ceux qui font monter en flèche notre taux de sucre dans le sang. On parle ici du sucre extrait de la canne à sucre ou encore de la betterave, le fameux sucre blanc que l’on utilise couramment dans les pâtisseries ou pour agrémenter un laitage, que l’on trouve en doses massives dans les bonbons ou dans les gâteaux industriels, etc… Ces sucres rapides sont bien plus accessoires pour le corps !

Le sucre, un danger ?

À l’instar des aliments gras, les produits sucrés font partie de ceux qui nous procurent le plus de plaisir. Problème : consommés en trop grandes quantités, ils peuvent être responsables de nombreuses pathologies, à commencer par les caries et autres affections de la sphère bucco-dentaire.

En augmentant le taux de triglycérides et de cholestérol, le sucre favorise aussi l’hypertension et les maladies cardiovasculaires. Il peut également permettre le développement de certains cancers : côlon, estomac, pancréas, utérus et sein.

Consommé en excès, le sucre peut également créer une résistance à l’insuline et amener ainsi au développement du diabète de type 2.

Et le sucre est, bien sûr, l’un des grands responsables de l’obésité : lorsque nous consommons trop de sucre, cet excès est converti en graisse et stocké. Enfin, il est l’origine d’un vieillissement prématuré de tous les tissus de l’organisme, dont la peau.

Quelles bonnes pratiques ?

L’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) recommande de ramener l’apport en sucres à moins de 10% de la ration énergétique totale chez l’adulte et l’enfant. Il serait même idéal pour la santé de le réduire à moins de 5%, soit à 25 grammes (6 cuillères à café) environ par jour (les Français en consomment en moyenne 95 g par jour, soit 23 cuillères à café).

Les astuces pour réduire sa consommation en sucre

Cuisinez avec des produits bruts

Préférez toujours les matières premières aux plats tout prêt. Les fabricants ajoutent du sucre en quantité car il est bon marché et permet de masquer les imperfections des aliments.

Contrôlez ce que vous achetez

Si vous n’avez pas le temps de cuisiner, consultez lors de l’achat des plats le tableau de valeur nutritive, qui renseigne sur la teneur exacte en sucre. Attention, dans la liste des ingrédients, les industriels “trichent” parfois en remplaçant le mot sucre par une foule de dénominations, tels que sirop de glucose, fructose, sirop ou amidon de maïs, sorbitols, etc… Le tableau des valeurs nutritionnelles aide à percevoir la quantité exacte avec la dénomination “dont sucre” se cachant sous la valeur des glucides totaux.

Attention à ce que vous buvez

Il est bien connu que les sodas sont remplis de sucres ajoutés, mais cela concerne également les jus de fruits qui sont de faux amis. Privilégiez les jus “sans sucres ajoutés”. Même les fruits frais pressés, dénués de leurs fibres, entraînent un apport excessif.

Surveillez vos en-cas

Changez vos habitudes lors du “quatre-heure” où nous sommes naturellement attirés vers des aliments très sucrés. Remplacez les habituels gâteaux, biscuits ou chocolats par un fruit ou un produit laitier nature. N’hésitez pas à faire de la pâtisserie maison pour vos collations en remplaçant par exemple le sucre blanc par de la compote sans sucres ajoutés.

Faites baisser le taux de sucre passant dans le sang

Consommer l’aliment sucré avec une source de protéines et/ou de fibre gène l’assimilation du sucre dans le sang. Mieux vont donc les consommer en dessert et privilégier un fruit ou une source de protéine pour la collation. Attention, il est également plus judicieux de consommer l’aliment sous sa forme entière. En effet l’aliment une fois mixé ou même pressé en jus rend le sucre plus disponible et facilité ainsi son passage dans le sang.

Le saviez-vous ?

1 décès sur 5 dans le monde serait lié à une mauvaise alimentation, dont l’excès de sucre, selon une étude Global Burden of Disease réalisée dans 195 pays de 1990 à 2017.

À SAVOIR

Le diabète de type 2 est un diabète qui se soigne avec une rémission possible dés lors de la perte de poids avec une alimentation équilibrée et une pratique sportive. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici