Des centaines de comprimés pelliculés de paracétamol Benta 500 mg.
Le paracétamol Benta 500 mg est un médicament couramment utilisé pour traiter divers types de douleurs, tels que les maux de tête. © Benta Lyon

Laboratoire pharmaceutique français, Benta Lyon vient d’obtenir l’autorisation de mise sur le marché du paracétamol Benta 500 mg comprimé pelliculé. Un feu vert de l’AMM qui devrait renforcer la souveraineté sanitaire et industrielle de la France.

Pour ne pas connaître de nouvelles pénuries dans les pharmacies, le président de la
République, Emmanuel Macron, avait annoncé en juin 2023 son intention de renforcer la
souveraineté sanitaire et industrielle de la France. L’autorisation accordée à Benta Lyon de mise sur le marché
du paracétamol Benta 500 mg comprimé pelliculé, annoncée ce mardi 23 avril 2024,
s’inscrit dans ce cadre. Délivrée par l’Agence National de Sécurité du Médicament et des
produits sanitaires (ANSM), cette autorisation constitue une aubaine pour le
laboratoire pharmaceutique et sous-traitant français implanté sur le site de l’ancienne
usine Famar.

Selon la direction, l’unité de production située à Saint-Genis-Laval, dans la proche
banlieue lyonnaise, est désormais opérationnelle pour répondre à la demande du
marché français en paracétamol 500 mg comprimé pelliculé, avec une capacité de
production garantissant un approvisionnement stable et durable pour les patients.

« Produire localement, en France et plus largement en Europe, est essentiel pour éviter
les tensions et les pénuries. Notre cap st sans équivoque : contribuer activement à
renforcer notre industrie pharmaceutique. L’obtention de l’AMM marque une avancée
significative nous permettant d’assurer un approvisionnement fiable et de répondre aux
besoins des professionnels de santé »
, a expliqué le directeur général exécutif de Benta
Lyon, Damien Parisien.

En 2020, Benta avait repris le site de production lyonnais à la barre du tribunal de commerce à la suite de la défaillance de Famar.

À SAVOIR

Benta Lyon produit et distribue des médicaments génériques couvrant divers domaines
thérapeutiques, ainsi que des dispositifs médicaux, dans une usine de 16 hectares. Le
laboratoire lyonnais, sélectionné dans le cadre de France Relance, faisait partie des six
bénéficiaires de l’aide de 160 millions d’euros annoncée en juin 2023 par Emmanuel
Macron pour favoriser la relocalisation de médicaments sur le territoire national.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici