chute ski tomber entorses genou
Près de la moitié des entorses de genoux qui surviennent sur les pistes sont en lien avec un mauvais appareillage des skis ! ©wirestock/Freepik

Qui ne s’est jamais emmêlé les skis sur une piste enneigée ? Si certaines chutes peuvent faire glousser, d’autres sont susceptibles d’être plus sérieuses, à l’image de l’entorse au genou. Très fréquente, cette blessure représente un tiers des accidents en ski alpin. Avis aux amateurs, ce type de traumatisme est le plus souvent lié à un mauvais réglage de son équipement. Prévention, symptômes, traitements… Le point avec le Dr René Paule, chirurgien orthopédiste aux hôpitaux du Mont-Blanc, à Chamonix, en Haute-Savoie. 

Le mauvais réglage des fixations de ski est responsable de 43 % des entorses du genou. Très fréquente, cette atteinte des ligaments croisés et latéraux du genou représente un tiers des accidents de ski. Alors que les skieurs, cet hiver, reprennent enfin le chemin des pistes après deux ans de privation, il est essentiel de connaître les bons gestes à adopter en cas de chute et d’entorses ! Les explications du Dr René Paule, chirurgien orthopédiste aux hôpitaux du Mont-Blanc, à Chamonix, en Haute-Savoie. 

Entorses : gare à la descente des télésièges !

Pourquoi les entorses du genou sont-elles aussi fréquentes dans la pratique du ski ou du snowboard ? 

Au ski ou au snowboard, on a souvent du mal à contrôler les équipements, ce qui entraîne des chutes. Cela survient souvent lorsque l’on descend du télésiège, par exemple. On peut alors tomber en grand écart parce que les deux skis partent dans des sens opposés, ou au contraire en torsion car ils vont se croiser. Les ligaments des genoux vont ainsi se tordre de façon brutale et se casser.

Quels sont les signes qui doivent alerter ? 

Lors de la chute, un craquement au niveau du genou va survenir, accompagné d’une douleur brutale et aigüe. Dans 20% des cas, cette douleur peut s’accompagner d’un malaise vagal. Le gonflement du genou, lié au saignement interne des ligaments, n’apparaîtra toutefois qu’au bout de quelques heures voire jours.

Il peut arriver qu’il ne s’agisse pas d’une rupture du ligament mais d’une fragilisation de cette zone. La victime, dans certains cas, peut même ne s’en rendre compte qu’au bout de quelques jours, du fait d’une faiblesse persistante du genou.

Le bon réflexe face aux entorses : ne pas forcer !

Comment réagir lorsqu’on se fait une entorse sur les pistes ? 

Face à une entorse du genou sur la piste, le premier geste est d’appeler les sauveteurs. La douleur empêchera de toute façon le blessé de marcher. Rien ne sert donc de forcer. Dans certains cas, l’entorse peut être bénigne mais le diagnostic doit être fait à l’hôpital.

Quels sont les traitements possibles en cas d’entorse du genou ? 

Cela va dépendre de l’âge et de l’état physique du patient. En général, dans le cadre d’une entorse aigüe, on va commencer par la pose d’une attelle pour aider à stabiliser le genou qui continuera à fonctionner. D’autres appuis comme des cannes ou béquilles pourront également être prescrits. Dès la pose de l’attelle, la marche est autorisée avec les appuis. Elle est même conseillée pour limiter la fonte du muscle. Le spécialiste pourra également prescrire des massages du genou ainsi que des antalgiques ou anti-inflammatoires pour réduire la douleur et le gonflement.

Dans la semaine qui suit, un examen clinique chez un spécialiste est recommandé pour retirer l’attèle, mais pas forcément les appuis. Au bout de six semaines, en général, la marche redevient strictement normale et l’appui n’est plus nécessaire. Ensuite viendra la réparation du ligament, à travers l’opération chirurgicale.

La chirurgie “quasi systématique entre 15 et 35 ans

L’opération chirurgicale est-elle toujours nécessaire ?

Le recours à la chirurgie va dépendre de l’âge, de l’état de santé de la personne et de son activité physique. L’opération sera quasi systématique en revanche entre 15 et 35 ans parce qu’une rupture des ligaments croisés et antérieurs favorise l’apparition de l’arthrose précoce. Au bout de deux ans, le genou se dégrade car un ligament abîmé aura tendance a mal vieillir. On va toutefois laisser au corps le temps de bien cicatriser avant d’opérer.

Au delà de 35 ans, cela dépendra de l’état de la personne. Si celle-ci a une instabilité au niveau du genou, qui aura tendance à se dérober, l’opération sera nécessaire.

Concrètement, en quoi consiste l’opération chirurgicale ? 

La réparation du ligament se fait en le remplaçant par un ligament en bonne santé. On prend par exemple un tendon antérieur de la cuisse pour le mettre à la place des ligaments croisés natifs. La récupération de cette chirurgie ambulatoire est très rapide. Les patients sortent en général dans la journée, en marchant sans canne !

Quels sont les bons conseils pour limiter leur apparition ?

Il est très compliqué de prévenir une entorse du genou au ski car elles sont très fréquentes. Cela dépend essentiellement du niveau de ski des personnes. Une bonne position sur ses skis, genoux fléchis, et une allure adaptée pourront ainsi limiter les risques. Skier dans des conditions optimales limite en effet les accidents : une bonne préparation physique, l’utilisation des pistes damées, conditions météorologiques favorables…

À SAVOIR

Chaque année, le Docteur René Paule réalise une centaine d’opérations chirurgicales liées à une entorse de genou aux Hôpitaux du Mont Blanc. Une chirurgie dont l’efficacité est de plus de 95%. Le taux de complication reste faible, de l’ordre de 2 à 3%.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici