contaminations covid
La courbe des taux d'incidence en Auvergne-Rhône-Alpes n'a pas encore atteint son pic selon les derniers chiffres de Santé publique France. ©Freepik

Alors que la sixième vague de la Covid-19 reflue un peu partout en France, ce n’est pas le cas en Auvergne-Rhône-Alpes. La région est en effet la seule à voir son taux d’incidence continuer d’augmenter, même s’il reste en deçà de la moyenne nationale (1281, contre 1363/100 000 en France) pour la semaine du 1er au 8 avril. Le point sur la situation sanitaire dans la région, à l’heure où les autorités sanitaires appellent à une nouvelle dose de rappel de vaccin.

Cette sixième vague semble se retirer aussi insidieusement qu’elle était arrivée. C’est en tout cas le constat qui transparaît des derniers chiffres dans la plupart des régions de France. Toutes, sauf… Auvergne-Rhône-Alpes. Car si les taux d’incidence (du 1er au 8 avril) sont en effet en baisse partout, ce n’est pas le cas dans la région.

Les chiffres de Santé publique France en Auvergne-Rhône-Alpes n’ont même rien de rassurant. Les taux d’incidence ont évolué moins rapidement ces dernières semaines, mais ils ont toutefois continué d’augmenter… À l’inverse, donc, des autres régions françaises. Le 8 avril dernier, il s’établissait à 1281 cas de Covid-19 pour 100 000 habitants. Soit plus que les semaines précédentes où ce chiffre n’atteignait pas encore les 1200 cas. Même constat dans la plupart des départements. Le Cantal reste à la tête des taux d’incidence avec 1657/100 000. Suivi de près par l’Allier et le Puy-de-Dôme avec plus de 1610 cas/ 100 000 habitants. Le département du Rhône et sa métropole lyonnaise, comme l’Ardèche et l’Ain, dépassent les 1200 cas. Le taux d’incidence de la Covid-19 a également évolué de 10% en Isère, en l’espace d’une semaine, atteignant ainsi 1363/100 000.

À l’échelle régionale, si Auvergne-Rhône-Alpes ne semble en effet pas encore entamer de décrue des contaminations, elle reste toutefois en dessous de la moyenne nationale (1388/100 000). Le taux d’incidence, pas encore à la baisse, semble toutefois stagner. Cela laisse ainsi l’espoir d’une proche diminution des cas de contaminations.

La tension hospitalière ne baisse pas (encore)

En attendant cette décrue, la pression est toujours forte dans une grande partie des hôpitaux de la région. C’est notamment le cas dans la Drôme, où la tension hospitalière atteint un seuil alarmant. Le 11 avril, 184 personnes y ont été hospitalisées pour Covid-19. Elles étaient moins de 150 début avril.

Avec la levée de la plupart des restrictions sanitaires et notamment du pass vaccinal, la vaccination contre la Covid-19 n’est plus une priorité pour de nombreux Français. À l’approche des rassemblements autour du week-end de Pâques, la menace des contaminations est pourtant loin d’être anodine. Cette sixième vague déferle presque dans le silence malgré un nombre très élevé de cas, y compris, donc, en Auvergne-Rhône-Alpes. Les autorités sanitaires et notamment le premier ministre Olivier Véran appellent même les Français à se faire une nouvelle fois vacciner contre la Covid-19. Pour rappel, la quatrième dose de vaccin est désormais ouverte aux personnes de 60 ans et plus ayant reçu leur dernière dose il y a plus de six mois.

À SAVOIR

Les centres de vaccination ferment progressivement leurs portes. Pour se faire vacciner contre la Covid-19, vous pouvez vous rendre dans les cabinets de médecine de villes. Les pharmacies et les établissements de santé qui le réalisent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici