Victime du coronavirus, Bruno Bluntzer (Sibillia) est désespéré par la situation des Halles de Lyon
Le coronavirus a fait fuir les clients lyonnais et les touristes des Halles de Lyon ©P.Auclair

Coronavirus et mesures de confinement obligent, les bars et restaurants ont baissé le rideau à Lyon. Le gouvernement a aussi décrété une fermeture des marchés ouverts. Les Halles de Lyon-Paul Bocuse, elles, sont toujours accessibles au public en raison de leur statut d’utilité publique. Une situation que ne comprennent pas la plupart des commerçants encore ouverts. Interview de Bruno Bluntzer, le propriétaire de la Maison Sibillia.

De nombreuses incompréhensions persistent sur les mesures liées au coronavirus. Le gouvernement a annoncé par la voix de son Premier Ministre, Edouard Philippe, que les marchés extérieurs seraient désormais fermés jusqu’à nouvel ordre. Comme la plupart des commerces. Sauf exceptions accordées par les préfectures sur demande des maires.

Mais qu’en est-il des marchés couverts comme les Halles de Lyon-Paul Bocuse ? Jusqu’à présent, le maire de Lyon, Gérard Collomb, s’est refusé à fermer le bâtiment, l’un des lieux publics les plus fréquentés de la ville.

Une mesure que ne comprennent pas beaucoup de commerçants des Halles de Lyon en pleine période de confinement. D’autant que tous les bars/restaurants ont baissé le rideau, de même que certains commerces alimentaires.

Une situation ambiguë difficile à accepter pour Bruno Bluntzer, le propriétaire de la célèbre Maison Sibillia, référence de la charcuterie dans la capitale de la gastronomie.

Le coronavirus a fait fuir les touristes.. et les clients lyonnais

Les Halles de Lyon-Paul Bocuse sont toujours ouvertes alors que les marchés ouverts sont désormais fermés. Est-ce logique ?

Bruno Bluntzer : Non. Depuis une semaine, notre activité est proche de zéro. On se trouve dans un endroit confiné. Tous les bars, les restaurants, les lieux de dégustation, les écaillers, les poissonniers ont baissé le rideau. En temps normal, on tourne beaucoup avec les touristes. Or, il n’y a plus de touristes. Quant aux Lyonnais, il pensent pour la plupart que les Halles sont fermées. Or, on est encore ouvert car on est déclaré d’utilité publique. Mais ça ne rime à rien ! Progressivement, on met du personnel en chômage partiel. On a pris des mesures spécifiques pour protéger nos salariés encore à la boutique. Mais ce n’est pas une solution.

Vous parvenez encore à vous approvisionner ?

Oui, pour la plupart des matières premières, il n’y a pas de difficultés d’approvisionnement. Les abattoirs fonctionnent. J’ai ainsi deux salariés en permanence, sur les six habituellement, qui travaillent pour fabriquer des plats à emporter. Sur le sec, c’est plus compliqué. Mais de toutes façons, sans client…

Les Halles de Lyon ouvertes uniquement le matin

Bref, il serait plus logique de fermer les Halles de Lyon…

Oui, depuis le début de la période de confinement, il aurait été plus simple de mettre tout le monde à la maison. Comme pour les bars et les restaurants des Halles. Le problème, c’est que l’on dépend de la Ville de Lyon. On ne peut pas faire n’importe quoi. On a déjà pris l’initiative de n’ouvrir que le matin. Jusqu’à 13 ou 14 heures en fonction des boutiques. Mais c’est évident qu’une fermeture arbitraire de tous les commerces des Halles aurait simplifié les choses sur le plan social et juridique. Aujourd’hui, c’est flou dans notre tête comme dans celle de nos clients. Certains commerces sont ouverts. D’autres sont fermés. Il n’y a pas de solidarité. Résultats je passe mon temps avec les avocats et le social.

Economiquement, vous allez tenir ?

C’est dur mais on a la chance d’avoir des ressources, un peu de trésorerie. Cela dit, il ne faudrait pas que ça dure trois ou quatre mois. Mais au Halles, tous les commerces sont dans la même galère avec des chiffres d’affaires en chute libre, de l’ordre de -50 à -70%. Notre chance, par rapport à d’autres, c’est d’avoir un site internet et de faire des livraisons aux professionnels. Heureusement, car si on ne comptait que sur la clientèle des particuliers, ce serait catastrophique.

A SAVOIR

Après une semaine de confinement, le gouvernement a finalement tranché. Les marchés alimentaires à ciel ouvert, devenus le lieu de rassemblement favori dans certains quartiers, doivent fermer… Seules quelques rares dérogation pourront être accordées par les préfets, notamment en milieu rural. Cette nouvelle mesure a pris effet dès ce mardi matin.

2 Commentaires

  1. Article sans intérêt car la charcuterie sibilla était fermé depuis le début du confinement… en étant fermé pas facile de savoir s’il y avait des clients…
    Les halles de Lyon ne sont pas qu’un lieu touristique ou de fête mais aussi un lieu pour faire des courses alimentaires et cela dans de meilleures conditions qu’au super marché.
    Faire le tour des commerces avant de faire cet article en parlant en nos noms aurait été un minimum…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici