Un patient désireux de se faire enlever sa verrue plantaire par un podologue.
Il existe plusieurs techniques pour se débarrasser d'une verrue plantaire. © Depositphotos

Les verrues au pied sont plutôt communes et caractérisées comme bénignes. Bien qu’elles ne soient
généralement pas dangereuses, elles peuvent causer une gêne et nécessitent souvent un traitement pour les éliminer complètement. Comment reconnaître une verrue
plantaire ? Comment l’éviter ? Quelle marche à suivre pour enlever une verrue au pied ? On fait le point.

Les verrues plantaires, se logeant sur la plante des pieds ou les orteils, concernent 7 à 10 % de la population. Elles touchent en grande majorité les enfants scolarisés entre 5 et 15 ans, mais les adultes peuvent eux aussi être les cibles de ces lésions au pied.

Les verrues sont des infections virales bénignes de la peau, causées par un papillomavirus ou virus HPV (virus commun qui peut toucher différentes parties du corps). Ces papillomavirus sont présents à la surface de la peau de plus de 50 % des personnes, mais ne développent pas pour autant de verrues.

Elles peuvent se transmettre par contact direct entre deux personnes ou par l’intermédiaire de squames de peau (fines lamelles de l’épiderme externe) infectées par le virus. En général, on reconnaît deux types de verrues plantaires : les myrmécies et les verrues plantaires en mosaïques. Les myrmécies, aussi appelées verrues plantaires uniques, sont les plus courantes et les plus gênantes. Elles sont localisées sur les points d’appuis du pied et sont profondes et douloureuses.

Les verrues plantaires en mosaïque sont quant à elles plus superficielles et se nichent plutôt à la naissance des orteils. Elles forment des plaques de plusieurs petites verrues rapprochées.

Comment reconnaître une verrue au pied ?

La verrue plantaire apparaît comme une petite bosse rugueuse et ronde, souvent accompagnée d’un aspect poreux, jaunâtre, avec de petites taches brunes.

Habituellement, une verrue mesure quelques millimètres de diamètre mais peut s’étendre sur plusieurs centimètres selon les cas.

Depuis longtemps, on cible les piscines et plus spécifiquement les pédiluves comme un haut lieu de transmission pour les verrues au pied. Cette croyance n’est pas totalement dénuée de sens puisqu’il est vrai que certains des virus HPV prolifèrent davantage dans des endroits plus humides.

En 2009, une publication dans le British Medical Journal of Dermatology a toutefois révélé qu’il n’y avait aucune corrélation statistique entre la fréquentation des piscines et le risque de contracter des verrues plantaires.

Certains spécialistes de santé soutiennent néanmoins qu’une sudation excessive des pieds ou même les endroits tels que des salles de sport ou des vestiaires favorisent la naissance de verrues plantaires. Mais la cause principale de ces excroissances, comme mentionné au-dessus, est le contact, direct ou non, avec une personne ou un objet infecté par le virus.

Alors que certaines verrues plantaires disparaissent spontanément après plusieurs années, la plupart ont tendance à se multiplier et à grossir, augmentant le risque de contamination d’autres parties du corps ainsi que des personnes en contact.

Il est important de savoir que plus le nombre et la taille des verrues plantaires sont importants, plus il est difficile et douloureux de traiter l’infection.

Par ailleurs, il existe certaines conditions qui méritent une attention particulière pour éviter des complications. Les personnes diabétiques, âgées, ou immunodéprimées sont plus exposées à un risque. Le principal danger n’est pas la verrue plantaire elle-même, mais l’infection qui peut en découler. Dans ce cas, on observe des complications comme :

– Le pied d’athlète (tinea pedis)

– Une mycose des ongles

– Un abcès

Pour éviter d’en arriver là, la verrue doit faire l’objet d’un traitement dès l’apparition des symptômes d’une infection.

Malheureusement, il n’existe pas de méthodes miracles pour prévenir des verrues. Cette infection virale et facilement transmissible ne connaît pas réellement de barrières. Certaines personnes sont pourtant moins sujettes à développer des verrues plantaires malgré le fait qu’il soit porteur du virus HPV, il s’agit des porteurs sains. Cependant, quelques mesures préventives sont bonnes à prendre.

– Ne pas utiliser la serviette de bain d’une personne ayant une verrue.

– Éviter de marcher pieds nus au bord de la piscine ou dans les douches publiques.

– Désinfecter les objets qui ont été en contact avec des verrues à l’aide d’alcool.

– Ne pas gratter ni faire saigner une verrue.

– Toujours se laver les mains après avoir touché à une verrue plantaire.

– Mettre un pansement sur les verrues en traitement.

Si vous découvrez une verrue, ne paniquez pas immédiatement. La plupart des verrues plantaires finissent par disparaître spontanément dans un délai moyen de deux ans, même si certaines peuvent persister plus longtemps, que ce soit chez les enfants ou les adultes.

Si la verrue est particulièrement visible ou cause des douleurs, surtout pendant la marche, il est préférable d’envisager de la traiter plutôt que d’attendre la résolution naturelle de la verrue. Il existe plusieurs types de traitements pour soigner une verrue au pied.

Traitements naturels

Le traitement naturel le plus efficace pour enlever une verrue plantaire est une plante appelée chélidoine, ou “herbe aux verrues”, répandue dans toute la France et qui sécrète un latex jaune-orangé. Cette substance contient de l’acide lactique et de l’acide salicylique qui engendrent une “destruction chimique” lorsqu’il est appliqué sur une verrue.

Traitements pharmaceutiques

Les verrues plantaires peuvent être enlevées à l’aide de verrucides contenant de l’acide salicylique, parfois combiné avec de l’acide lactique (comme la chélidoine).

Ces produits, classés comme kératolytiques, fonctionnent en éliminant l’excès de kératine. Ils se présentent sous forme de pommades ou de gel à appliquer directement sur la verrue plantaire. Il est important de ne pas appliquer ce genre de produit sur la peau saine autour de la verrue pour éviter les risques de brûlures et de cicatrices.

Cependant, il faut savoir que les traitements ont leurs limites, et les récidives sont courantes car ils éliminent les lésions visibles sans enlever en profondeur la verrue plantaire.

Traitements proposés par les médecins

– La cryothérapie, ou thérapie par le froid, est la méthode la plus courante pour enlever une verrue au pied. Elle consiste à appliquer d’azote liquide sur la verrue plantaire à l’aide d’un coton-tige ou d’un spray. La sensation de brûlure causée par le froid entraîne la destruction de la verrue, éventuellement accompagnée de la formation d’une bulle. Généralement, plusieurs séances sont nécessaires. La cryothérapie peut être particulièrement douloureuse et n’est pas recommandée chez les enfants.

– Le curetage chirurgical est une méthode réservée aux verrues plantaires uniques de taille importante qui consiste à la retirer sous anesthésie locale.

– La destruction au laser permet de détruire la verrue plantaire en ciblant soit les tissus infectés, soit les vaisseaux sanguins qui l’irriguent. Il est généralement réservé aux cas de verrues récalcitrantes en raison de son coût élevé et de la nécessité (parfois) de plusieurs séances.

À SAVOIR

Les verrues sont des excroissances cutanées que l’on localise principalement sur les pieds. Mais ces lésions peuvent aussi toucher d’autres parties du corps : les zones les plus sensibles sont les mains, le coude, le visage, le genou et les parties génitales.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici