couple dans l'attente d'un enfant malgré la baisse de fertilité masculine
La fertilité masculine baisse de plus en plus. ©Freepik

La baisse mondiale de la fertilité masculine est un sujet d’inquiétude qui ne cesse de croître. Alors que l’attention a souvent été concentrée sur les problèmes de fertilité féminine, des études récentes indiquent une diminution alarmante de la qualité du sperme et de la fertilité chez les hommes à l’échelle mondiale. En effet la conception de gamètes dans le sperme des hommes a été divisée par deux en l’espace de 45 ans ! Pour un millilitre de sperme, elle était de 101 millions de spermatozoïdes en 1973 et est de seulement 49 millions aujourd’hui.

Les chiffres le montrent et c’est un fait : la population mondiale vieillit. Face à cela, le taux de natalité n’augmente pas. En cause ? La baisse de fertilité masculine. Et cela inquiète. Alors comment y remédier ? Quelles habitudes adopter ? On fait le point. 

Pourquoi les hommes sont de moins en moins fertiles ? 

Les hommes sont appelés à la barre ! Eh oui d’après les récents chiffres, ce sont bel et bien eux qui sont de moins en moins fertiles. Et sur le banc des accusés : l’environnement et surtout le mode de vie. 

  • Facteurs environnementaux : l’exposition à des produits chimiques présents dans l’environnement, tels que les perturbateurs endocriniens, les pesticides, les métaux lourds et même certains plastiques, est suspectée d’avoir un impact négatif sur la production quantitative de sperme, et donc sur la fertilité masculine.
  • Mode de vie : des habitudes de vie telles que le tabagisme, la consommation excessive d’alcool, le surpoids et le stress, tous de plus en plus présent dans notre société, peuvent également contribuer à la baisse de la fertilité masculine, plutôt en impactant leur qualité.

Les recherches qui ont été réalisées ont donc révélées une diminution progressive de la qualité du sperme au fil des décennies. Des paramètres tels que la mobilité ou encore la consommation de mauvais aliments (malbouffe à outrance, aliments transformés…) sont les plus visés. À terme, cela peut avoir un impact direct sur la capacité de conception.

Quelles sont les conséquences ? 

Si avoir des enfants est nécessaire à la bonne survie de l’humanité, cette baisse de fertilité inquiète. En effet, la baisse de la qualité du sperme peut rendre plus difficile la conception naturelle d’enfants, entraînant potentiellement des retards dans l’âge de procréation et donc des difficultés voire une impossibilité à concevoir.

Bien que la science évolue et que les solutions médicales pour avoir un enfant en cas d’infertilité soient possible, il est important de ne pas se reposer là-dessus. 

Ainsi, la diminution de la fertilité masculine soulève des préoccupations importantes en matière de santé publique, car cela peut avoir un impact sur la démographie mondiale et la santé future des générations.

S’adapter pour contrer ce problème 

Chaque problème a sa solution. En effet, en ayant pris connaissance des raisons principales de la baisse de la fertilité masculine, il apparaît plus facile d’y « remédier ». 

En discuter : sensibiliser à l’importance de la santé reproductive masculine, ainsi qu’à l’impact des facteurs environnementaux et du mode de vie sur la fertilité, est essentiel pour initier des changements de comportement. Ainsi ce sujet peut-être abordé dans des cours d’éducation sexuelle au collège, et rappelé fréquemment aux jeunes adultes. 

Prendre rendez-vous chez le médecin : les hommes confrontés à des problèmes de fertilité doivent être encouragés à consulter un professionnel de la santé pour des évaluations et des conseils sur les mesures à prendre pour améliorer leur fertilité. Si leur fertilité n’est pas améliorable ils pourront discuter des solutions qui s’offrent à eux avec leur médecin directement.

Faire attention à son mode de vie : réduire l’exposition aux produits chimiques nocifs dans l’environnement, faire attention à ce que l’on mange, pratiquer une activité sportive régulière, en somme maintenir une bonne hygiène de vie peut très fortement contribuer à prévenir les effets négatifs sur la fertilité masculine.

À SAVOIR 

Lors d’une éjaculation, le sperme voyage à une vitesse d’en moyenne 28 km/h. Rapide !  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici