Un bas de contention transparent pour femmes.
Près d'une femme sur deux en France serait touchée par l'insuffisance veineuse des membres inférieurs. © Freepik

L’insuffisance veineuse est un trouble de la circulation sanguine qui touche plus de 18 millions de Français. Cette pathologie se caractérise par des difficultés pour le sang des veines à remonter vers le cœur. Elle touche majoritairement les femmes. Pour prévenir cette stagnation et faciliter la circulation sanguine, il existe néanmoins une solution : les chaussettes de contention. Mais comment faire son choix parmi les différents modèles ? Mode d’emploi.

Les chaussettes de contention sont des dispositifs médicaux qui servent à faciliter la circulation sanguine. Elles exercent une pression sur le système veineux et aident le sang à remonter des pieds vers le cœur.

Elles sont utilisées pour prévenir et traiter les problèmes d’insuffisance veineuse, réduire les gonflements et améliorer le confort des jambes. Leur choix dépend de plusieurs critères : la classe de compression, la taille, le type de chaussettes, et les préférences personnelles.

Les chaussettes de contention s’arrêtent sous le genou et sont souvent préférées pour leur facilité d’utilisation quotidienne.

Il existe différentes classes de compression adaptées à des besoins spécifiques selon la tension artérielle (exprimée en mmHg : millimètres de mercure). Elles se divisent en quatre catégories principales, parmi lesquelles on retrouve :

  • Classe 1 (10-15 mmHg) : pour les troubles veineux légers, comme les jambes lourdes et les légers gonflements. Utilisée en prévention pour les personnes ayant une activité avec une station debout ou assise prolongée.
  • Classe 2 (15-20 mmHg) : la plus prescrite, elle est destinée à la prévention et au traitement de l’insuffisance veineuse modérée, comme les varices, les œdèmes et les périodes post-opératoires.
  • Classe 3 (20-36 mmHg) : pour les troubles sévères de la circulation, tels que les risques de thrombose veineuse profonde.
  • Classe 4 (plus de 36 mmHg) : utilisée dans les cas extrêmes et souvent sous surveillance médicale stricte.

Pour que la compression soit efficace, il est important de bien enfiler le vêtement. Pour cela, retournez-le sur l’envers et introduisez d’abord la pointe de votre pied, puis votre talon. Il est recommandé d’enfiler les chaussettes de contention le matin, avant tout gonflement des jambes. En outre, choisissez la bonne taille. Trois mesures principales s’imposent :

  • Tour de cheville : mesuré au point le plus fin.
  • Tour de mollet : mesuré au point le plus large.
  • Hauteur de demi-jambe : du sol jusqu’à 2 cm en dessous du genou.

Pour mieux choisir, référez-vous aux tableaux de tailles spécifiques à chaque fabricant. Une taille peut varier d’un fabricant à l’autre.

Le choix du modèle dépend de vos préférences et de votre mode de vie. Pour les activités sportives, des modèles plus épais et résistants sont recommandés. Pour des tenues plus formelles, des chaussettes fines et discrètes sont préférables.

  • Transparentes : plus fines et discrètes, mais aussi plus fragiles.
  • Opaques : plus épaisses, résistantes et confortables, souvent avec des matières naturelles comme le coton pour plus de douceur.

Concernant l’entretien, lavez les chaussettes à la main avec un savon neutre, puis rincez-les abondamment. Essorez-les sans les tordre et laissez-les sécher à plat à l’air libre.

Les chaussettes de contention sont prescrites pour diverses conditions médicales impliquant des problèmes de circulation sanguine, parmi lesquelles :

  • Insuffisance veineuse chronique (IVC) : pour soulager les symptômes comme les jambes lourdes, les varices, les œdèmes veineux et les troubles trophiques. 
  • Thrombose veineuse profonde (TVP) : pour la prévention et le traitement après une TVP.
  • Syndrome post-thrombotique : en cas de complications de la TVP, incluant douleurs, œdèmes et ulcères veineux.
  • Ulcères veineux : pour le traitement et la prévention des ulcères.
  • Lymphœdème : lorsqu’il y a une accumulation de lymphe, souvent après une chirurgie ou une radiothérapie.
  • Phlébite superficielle : pour traiter l’inflammation des veines superficielles avec formation de caillots sanguins.
  • Grossesse : pour prévenir et traiter les varices et les œdèmes liés à la grossesse.
  • Post-opératoire : pour prévenir les complications veineuses après une chirurgie.
  • Voyages prolongés : pour réduire le risque de thrombose veineuse profonde lors de longs voyages.

Pour l’utilisation des chaussettes de contention, consultez un phlébologue afin d’obtenir une évaluation précise et des recommandations appropriées. Ce spécialiste se concentre sur le diagnostic et le traitement des maladies veineuses, telles que : l’insuffisance veineuse, les varices, les thromboses veineuses, et d’autres problèmes circulatoires.

À Savoir 

Les femmes sont plus souvent atteintes d’insuffisance veineuse que les hommes en raison des hormones féminines, de la grossesse qui exerce une pression sur les veines pelviennes, et des habitudes vestimentaires favorisant les vêtements serrés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici