Les pharmaciens ont un rôle de plus en plus important à jouer.
Les pharmaciens, dont les compétences et prérogatives s'étoffent toujours un peu plus, ne sont pas que des simples vendeurs de médicaments.©Freepik

Bonne nouvelle ! Depuis le 9 août 2023, les pharmaciens peuvent prescrire et administrer la totalité des vaccins du calendrier vaccinal aux personnes de plus de onze ans. Le décret, publié dans le Journal Officiel, a encore augmenté les prérogatives des pharmaciens d’officines. Dans un contexte de pénurie du personnel médical, les nouveaux rôles attribués aux pharmaciens permettent-ils de soulager le système de santé ? Le point avec le Dr Olivier Rozaire, président de l’URPS Pharmaciens Auvergne-Rhône-Alpes, à l’occasion de son passage sur le plateau de l’émission Votre Santé, sur BFM TV Lyon.

Prescription et administration de nouveaux vaccins, réalisation de tests divers et variés… Le rôle des pharmaciens évolue, comme l’atteste le nouveau décret portant sur leurs prérogatives, paru en août. Quelles sont les caractéristiques du nouveau décret ? Quel est son impact sur la situation sanitaire ? Pharmacien à Saint-Bonnet-le-Château (Loire) et président de l’URPS Pharmaciens Auvergne-Rhône-Alpes, le Dr Olivier Rozaire fait le bilan sur le plateau de l’émission Votre Santé du mardi 12 septembre 2023 sur BFM TV Lyon.

Vaccin en pharmacie : presque “toutes les vaccinations de l’adulte”

Les pharmaciens sont autorisés à toujours plus de vaccins en officine : une bonne nouvelle ?

C’est une nouvelle que l’on attendait depuis un certain temps. L’année dernière, la liste des vaccins que nous étions autorisés à faire en officine avait déjà été élargie. Au départ, cette liste ne comportait que les vaccins contre la grippe et le Covid-19. Maintenant, on peut faire pratiquement toutes les vaccinations de l’adulte

Ce décret apporte deux choses. Premièrement, la possibilité de vacciner à partir de onze ans nous permet de s’inclure dans les campagnes de vaccination HPV (l’infection au papillomavirus).

Deuxièmement, la possibilité de prescrire les vaccins directement à l’officine simplifie le parcours vaccinal. 

Quels vaccins sont-ils concernés ?

Tous les vaccins du calendrier vaccinal. Il comprend tous les vaccins qui sont éligibles pour les populations à partir de onze ans. De la vaccination HPV à partir de onze ans, à la vaccination contre le zona entre 65 et 75 ans, on peut faire tous ces vaccins à l’officine.

Les vaccins qui ne sont pas dans le calendrier vaccinal, ce sont les vaccins du voyageur. 

Quels sont les objectifs ?

L’objectif du décret est d’augmenter la vaccination préventive. La couverture vaccinale en France est assez mauvaise. Par exemple, il y a à peine 20% de vaccination contre les infections à pneumocoque. Le problème, c’est le nombre d’hospitalisation que cette pathologie entraîne. Ainsi, augmenter la couverture vaccinale permettra de soulager le système de santé.

Pénurie de soignants : le pharmacien a un rôle clé

Quelles sont les autres prérogatives pour les pharmaciens ?

Appelées « nouvelles compétences », les prérogatives accordées aux pharmaciens ont évolué. En plus de la vaccination, il y a la possibilité de faire des tests (angine, infection urinaire, Covid-19…). Il y a aujourd’hui un panel de tests réalisables à l’officine. 

En plus de ces compétences, c’est aussi la qualité des pharmacies qui a évolué. On voit bien que dans un système de santé contraint, les services en continu sont de plus en plus limités. Il n’y a que deux portes qui sont ouvertes tout le temps : les services d’urgences des hôpitaux et les pharmacies. Ce sont les deux dispositifs qui ont un accès téléphonique et physique permanent. La majorité de la population, en cas de petit problème, a le réflexe d’appeler une pharmacie. Dans ce sens, le rôle des officines a pris de plus en plus de place dans le système de santé.

Quelle est la situation des pharmacies ? 

Aujourd’hui, je considère que nous sommes dans un état de crise sanitaire permanent. Certes, il y a eu un phénomène aigu pendant la crise du Covid-19, mais le système de santé reste très en tension. 

Dans cette crise, nous subissons plusieurs faits : la pénurie de professionnels de santé, et depuis l’année dernière, des difficultés d’approvisionnement en médicaments. La crainte, en prévision de cet hiver, est de reproduire le même schéma qu’il y a un an. L’hiver dernier, les pharmacies ont eu de grandes difficultés à s’approvisionner dans les médicaments très consommés pendant l’hiver tels que les antibiotiques et la cortisone.

À SAVOIR

Retrouvez le replay de l’émission Votre Santé du 12 septembre 2023 sur Ma Santé TV.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici