Les organisateurs de la soirée pour le don d'organes du 9 mars 2023 au Château de Lacroix-Laval (Rhône).
Le chef étoilé Christian Têtedoie, ici avec les organisateurs du dîner caritatif du 9 mars, est très engagé en matière de prévention santé. ©Pascal Auclair

Malgré les campagnes de sensibilisation, les dons d’organes restent insuffisants en France. Pour récolter des fonds sur la recherche et informer sur cette problématique, la région lyonnaise sera le cadre de deux événements : un dîner caritatif au Château de Lacroix-Laval (9 mars) et une conférence-débat à Villeurbanne, le 16 mars.

Un donneur d’organes peut sauver sept vies. Pourtant, en France, chaque jour, des patients meurent, faute de greffons. Pour alerter sur cette urgence sanitaire et sensibiliser à la question, deux événements d’envergure se dérouleront début mars dans la grande région lyonnaise.

Le premier est programmé le 9 mars, à l’occasion de la Journée Mondiale du Rein. Il aura pour décor le Château de Lacroix-Laval, dans la banlieue Ouest de Lyon. Au profit de la recherche sur le don d’organes et dans un cadre artistique, Rémi Reibel, assisté de Romy Courbarie Debove et Margault Kemp, organiseront le Gala de Charité « Gourmandises & élégance artistique ».

Sensibiliser au don d’organes : “il y a des vies à sauver”

Lors de cette grande soirée caritative, deux artistes exposeront leurs œuvres réalisées spécialement pour l’occasion. Des créations à découvrir et acquérir lors du dîner préparé par les apprentis du CFA de la Gastronomie.

Au total, 120 convives participeront à ce dîner (informations et réservations à l’adresse galacharitegea@gmail.com). Toujours prêt à soutenir les initiatives dédiées à la santé, Christian Têtedoie signera le menu aux côtés du chef du CFA. « Transmettre, c’est partager. Comme beaucoup d’autres sujets en rapport avec la santé, la question du don d’organes et de la greffe me tient à cœur. Aujourd’hui, plus de 3 800 personnes sont en attente d’un greffon en France. Il y a des vies à sauver et de l’espoir à donner à toutes ces familles », explique le chef étoilé de Fourvière, par ailleurs très impliqué dans le combat contre la malbouffe en milieu hospitalier.

Promoteur de ce dîner caritatif, Rémi Reibel connait parfaitement la problématique du don d’organes puisqu’il a lui-même été greffé à deux reprises. Souffrant d’une malformation des voies urinaires à la naissance, il a été opéré très tôt avant d’être dialysé dès l’âge de 10 ans. « J’ai eu la chance d’avoir deux greffes de rein dans ma vie. La première en août 2000 après 22 ans de dialyse, ultime recours pour survivre. Une opération réalisée à l’hôpital Edouard-Herriot par le professeur Dubernard. La deuxième en janvier 2020 après un rejet de greffe et un retour en dialyse de quelques semaines. La transmission de la vie par le don de soi, je connais… », explique le double greffé lyonnais, qui précise que l’intégralité des fonds de la soirée sera reversée à France Rein au profit de la recherche.

L’importance d’exprimer sa volonté, quel que soit son choix

L’autre événement visant à sensibiliser le grand public sur le don d’organes se déroulera le jeudi 16 mars, de 18 à 21 heures, au Centre Culturel de la Vie Associative, à Villeurbanne. Il s’agira d’une conférence-débat intitulée : « Le don d’organes, pour ou contre ? Dites-le à vos proches ! ».

Au programme, divers témoignages de proches de donneurs et de greffés, ainsi qu’une table-ronde réunissant plusieurs experts autour du thème : « Don d’organes et de tissus, un défi à relever ensemble ! ».

Parmi les intervenants, le professeur Emmanuel Morelon (médecin néphrologue des HCL), le docteur Antonio Rodriguez, médecin de la coordination hospitalière des prélèvements d’organes et de tissus (CHPOT) des HCL, et le docteur Olivier Jacquet-Francillon, médecin anesthésiste-réanimateur de l’Agence de biomédecine (ABM).

Une soirée d’échanges rythmée par les scénettes de la troupe de théâtre « Les improbables » qui improvisera plusieurs sketches sur la thématique du don d’organes sur la scène du Centre Culturel. Une dessinatrice de scribing apportera une autre touche culturelle à cette soirée inédite dont l’ambition est à la fois d’informer le grand public et de convaincre sur l’importance de se positionner sur la question du don d’organes, quel que soit son choix.  « Le nombre de personnes en attente de greffe augmente alors que le nombre de greffons diminue. Trouver un donneur reste rare. Il est donc essentiel que nos proches connaissent notre choix, afin que notre volonté soit respectée », expliquent les organisateurs qui attendent près de 500 personnes lors de cette soirée.

Pour rappel, en France, le principe du consentement présumé prévaut au nom de la solidarité nationale. La loi stipule que nous sommes tous donneurs d’organes et de tissus, sauf si nous avons exprimé de notre vivant notre refus de donner : soit en informant nos proches, soit en s’inscrivant sur le registre national des refus.

À SAVOIR

L’entrée à la conférence-débat sur le don d’organes organisée le 16 mars à Villeurbanne est gratuite. Inscription en cliquant sur ce lien. À l’issue de la soirée, une séance de dédicace est prévue avec Julien Bel, greffé du cœur, auteur du livre Je vis avec ton cœur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici