Homme qui ronfle bruyamment et sa femme lui place une pince sur le nez pour stopper le bruit.
Environ 45% des adultes ronflent occasionnellement, et environ 25% ronflent régulièrement. ©Adobe Stock

Le ronflement est un désagrément courant qui peut perturber non seulement notre sommeil mais surtout celui de nos proches. Souvent pointés du doigt, les hommes seraient plus propices à ronfler. La légende est belle et bien vraie, puisqu’à 25 ans les hommes ronflent deux fois plus que les femmes. Mais ne vous inquiétez pas, messieurs, les différences s’estompent avec l’âge. En attendant, pourquoi ronfle-t-on ? Est-il possible d’arrêter de ronfler ? Existe-t-il des anti-ronflements naturels ? Ma Santé fait le point.

Le ronflement, pour celui (ou celle!) qui ronfle comme pour celle (ou celui!) qui dort à ses côtés, peut rapidement transformer votre sommeil en cauchemar.

Souvent plus intenses en période de sommeil profond, les ronflements peuvent réellement altérer la qualité de sommeil. Attribués à un rétrécissement des voies respiratoires, ils entrainent des vibrations désagréables au niveau de la gorge. Ces symptômes peuvent être apaiser par des remèdes anti-ronflement, qui pourraient bel et bien sauver vos nuits !

Pourquoi ronfle-t-on ?

Ce bruit désagréable provenant du nez et/ou de la bouche est dû à un rétrécissement des voies respiratoires. Ce phénomène entraîne des vibrations au niveau des tissus de la gorge et se traduit donc par ce son rauque très désagréable. La phase de sommeil profond est la plus propice aux ronflements. Généralement, le phénomène tend à s’intensifier avec l’âge (au-delà de 50 ans),  au détriment du bien-être de ceux qui partagent la nuit des ronfleurs.

Les facteurs favorisant le ronflement

Vous vous êtes surpris à ronfler bruyamment la nuit qui suivait une soirée trop arrosée ? C’est tout à fait normal, l’alcool augmente les ronflements en prolongeant le sommeil profond et en induisant un relâchement musculaire, ce qui favorise l’obstruction des voies respiratoires.

Plusieurs facteurs liés au mode de vie ou à la forme physique peuvent accentuer les ronflements. Comme évoqué précédemment, les personnes ayant passé la barre de la cinquantaine sont plus susceptibles de souffrir de ronflements réguliers. Mais l’âge n’est pas le seul en cause ! 

L’obésité est aussi un facteur aggravant, en raison de la déformation au niveau des voies respiratoires. Plus rarement, des conditions de développement physique peuvent engendrer ces petits désagréments nocturnes. La taille de la mâchoire ou des anomalies au niveau des voies respiratoires sont susceptibles d’engendrer des ronflements.

Les “anti-ronflement” naturels

Rassurez-vous, pour passer une nuit paisible et ne pas gêner le sommeil de ceux qui partagent votre lit, il existe des solutions anti-ronflement, façon conseils de grands-mères

  • Optez pour une bonne position de sommeil : ne dormez surtout pas sur le dos ! Cette posture place la langue trop en arrière dans la bouche et obstrue les voies respiratoires. Préférez plutôt une position sur le côté pour faciliter le passage de l’air. 
  • Maintenez une bonne forme physique quand on prend du poids, les voies respiratoires se rétrécissent et augmentent les vibrations au niveau de la gorge. 
  • Évitez la consommation d’alcool et de sédatifs : ces deux substances peuvent détendre les muscles de la gorge et ainsi amplifier les vibrations et donc les ronflements. 
  • Mouchez-vous avant de dormir : les congestions nasales perturbent fortement la respiration et influent donc sur le ronflement. Se moucher ou prendre une douche chaude avant de dormir permet de dégager les voies nasales. 
  • Buvez… de l’huile d’olive : boire deux à trois cuillères à soupe d’huile aurait tendance à détendre les tissus des voies respiratoires.

Les “anti-ronflement” médicaux

Plusieurs dispositifs thérapeutiques favorisent un sommeil plus paisible.

  • Les sprays nasaux : certains sprays nasaux peuvent aider à décongestionner les voies nasales, réduisant ainsi les ronflements.
  • Des bandes nasales : les bandes nasales adhésives peuvent aider à ouvrir les voies nasales et à faciliter la respiration.
  • Les dispositifs d’avancement mandibulaire (DAM) : ces dispositifs sont portés dans la bouche pendant le sommeil pour maintenir la mâchoire inférieure avancée. Ce système facilite le passage de l’air.
  • Les implants palatins : ces implants sont insérés dans le palais mou pour le raffermir, réduisant ainsi les vibrations qui causent les ronflements.
  • Les appareils de ventilation à pression positive continue (PPC) : principalement utilisés pour traiter l’apnée du sommeil, les PPC se sont révélés efficaces pour les ronflements. Les PPC fournissent une ventilation continue pendant le sommeil à l’aide d’un masque. Cette pression maintient les voies respiratoires supérieures ouvertes tout au long de la nuit.

Les actes chirurgicaux pour supprimer les ronflements intempestifs ne doivent pas être le premier recours. Prenez le temps de voir comment votre corps réagit face aux traitements plus légers.

À SAVOIR 

Le syndrome d’apnée du sommeil (SAS) et le ronflement sont souvent liés, mais tous les ronfleurs ne développent pas nécessairement un SAS, et tous les patients atteints de SAS ne ronflent pas de manière audible. Cependant, il existe une corrélation significative entre le ronflement fort et le SAS. 

Le ronflement peut être un symptôme précoce du SAS, résultant souvent d’une obstruction des voies respiratoires pendant le sommeil. Ces obstructions peuvent conduire à des apnées du sommeil, ce qui peut perturber le sommeil et entraîner des symptômes tels que la somnolence diurne excessive.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici